Les armes secrètes allemandes

LA CHAUSSEE TIRANCOURT, bois de sapin

La région située au Nord de la ville d’AMIENS a été bien retenue par le commandement Allemand pour l’installation de rampes de lancement V1. D’après la carte du Flak Regiment 155, on relève pas moins de sept positions de tir dans les environs de la commune de VIGNACOURT, placées presque en limite de portée du V1 mais bénéficiant toutes d’un très bon camouflage naturel avec les petits bois parsemant le paysage.


Le site de lancement n° 157, construit dans le Bois de Sapin, se trouve sur le territoire de LA CHAUSSEE-TIRANCOURT. Certains auteurs de publications historiques localisent parfois cette position de tir sur la commune de BELLOY-SUR-SOMME, ce qui est une erreur d’identification provenant des rapports Alliés et prête ainsi à confusion avec le site voisin n° 155 qui est placé dans le Bois des Noires, près de la ferme St Accart.

Début 1944 plusieurs cultivateurs sont requis par l’occupant pour effectuer des transports de matériaux de constructions et des tonneaux d’eau puisés au marais communal vers le bois de Sapin. Arrivés à deux cent mètres du chantier, l’attellage était pris en charge par un soldat tandis que son propriétaire restait sous la garde d’un autre militaire.

Ce cliché nous montre la rampe détruite avec la présence d’un chariot de transport du type MT 12, identifiable avec ses deux grosses roues. L’Oberwagen est également bien visible, en place sur les rails de guidage.


La population civile était, comme sur d’autres chantiers, tenue à l’écart avec une obligation de contourner le bois par le chemin de LIGNY et la Chaussée Brunehaut.

Les installations de tir ont été découvertes par les Alliés le 2 mai 1944 au cours d’une reconnaissance aérienne et vont être identifiées comme objectif Noball A /195.



Le 17 juin 1944, une escadrille de chasseurs bombardiers Spitfire va effectuer la première opération de bombardement sur le site qui vient d’ouvrir le feu sur la ville de LONDRES. Les douze appareils larguent en piqué leurs bombes de 250 kg mais la couverture naturelle du bois empêche une visée précise.12
D’autres missions de bombardement vont donc être nécessaires pour stopper les tirs.

Le 19 juin 1944, nouveau raid aérien, cette fois d’une plus grande ampleur que le précédent. Il s’agit ici d’une attaque réalisée par treize B24 Liberator, quadrimoteur lourds de la 8ème USAF. La dispersion des projectiles est assez importante et ne sera pas suffisante pour détruire le site.12

B24 Liberator

Les 22 et 23 juin 1944, les B24 Liberator vont revenir sur le bois dont les abords doivent certainement, depuis quelques jours, être complètement bouleversés sans toutefois empêcher l’arrivée des V1 pour de nouveaux tirs. Chaque jour les habitants proches du site peuvent ainsi apercevoir les torpilles volantes s’envoler du site.

Samedi 24 juin 1944 à 13h00, cinquième attaque du bois de Sapin, encore une fois réalisée par les Américains avec vingt quatre B 17 Flying Fortress du 401th Bomp Group (H).

L’attaque est repartie en deux vagues, guidées par un Mater Bomber dirigeant les opérations. Le premier groupe de douze appareils va « placer » ses projectiles au-delà de la cible, erreur qui va être immédiatement corrigée pour la seconde vague qui parviendra à rectifier sa visée pour « encadrer » correctement la cible.

La réaction de la Flak est très vive, en particulier pour les batteries placées dans le bois de l’autre côté de la route qui appartient à Monsieur Burriez. Trois B 17 vont subir des dommages lors de leur passage avec deux membres d’équipage grièvement blessés.18

Le 2 juillet 1944, retour d’une douzaine de B24 Liberator sur l’objectif suivi de deux autres bombardements successifs le 6 juillet. Lors de ce dernier jour, les bombardiers vont effectuer une première mission le matin avec vingt deux B24 Liberator du 487th Bomb Group26  et l’après-midi, avec vingt trois B 17 du 453th Bomb Group.27

Le 8 juillet 1944, c’est au tour du 401th Bomb Group de revenir sur le site avant le lever du jour. Il s’agit certainement pour les stratéges Alliés d’effectuer un maximum de dommages au moment où les V1 sont prêts à être lancés, ajoutant leurs explosions aux bombes larguées, afin d’augmenter les destructions.

Le raid est conjoint avec celui sur la ferme de Mont louis (n° 137) et chaque formation de douze B17 se dirige vers son objectif en dépit d’une importante couche nuageuse.

Le « Box » qui se présente sur le Bois de Sapin va pouvoir larguer ses projectiles sans encombre et amorcer ensuite son retour vers la base sans encombre. Une autre mission est prévue dans l’après-midi mais elle ne sera pas réalisée suite à de mauvaises conditions météo.18

Page suivante >







Virginie et Alexandre vous souhaitent bienvenue !


Virginie est tombée sous le charme de la vallée de la Somme. Elle saura vous guider pour préparer votre séjour et passer un agréable moment chez nous !
Alexandre
aime pratiquer des activités de loisirs. Demandez-lui conseils sur les balades vélos, canoës, bateaux électriques...
 
 
La maison éclusière d'Ailly-sur-Somme : une halte touristique sur les bords de Somme 

 

Newsletter
Recevez notre lettre d'informations.
Je m'abonne
Je me désabonne
Office de Tourisme Nièvre et Somme

11, rue du Pont
80470 Ailly sur Somme
tél/fax : 03 22 51 46 85

                                                       

amiens-ouest-tourisme © tous droits réservés
Site réalisé avec PowerBoutique - solution pour créer site e-commerce