L'Antiquité


La Chaussée-
Tirancourt


Du fait de sa position géographique, le site de La Chaussée-Tirancourt est occupé depuis des milliers d'années. Plusieurs campagnes de fouilles archéologiques ont permis de mieux comprendre la façon de vivre de nos ancêtres. L'une d'elle a permis de découvrir en 1990, le plus vieil homme du département de la Somme, à deux pas du parking de SAMARA.

Le territoire compte de nombreux témoignages de la préhistoire, puis des périodes Celtique et Gallo romaine. En 1967, un cultivateur de La Chaussée-Tirancourt a trouvé une sépulture mégalithique contenant près de 300 corps au lieu dit "La Cense du Bois".
Les lieux dits de la commune attestent d'une présence Gallo romaine importante. 
 


"Le camp de César"

Sur la rive droite de la Somme, le site du "camp de César" occupe une position stratégique au confluent des vallées de la Somme et de l'Acon. Il défend un passage obligé des marais de la Somme, traversés ici par un relief naturel ; le fleuve est avant tout un axe  de communication débouchant sur la Manche et de là, vers la Grande Bretagne.

Le plateau, délimité à l'Ouest et au sud par les vallées de la Somme et de son petit affluent, forme un éperon qui domine d'une quarantaine de mètres la vallée de la Somme. L'accès depuis le plateau est protégé par une fortification longue de 500m, en arc de cercle parfait, composé d'un grand fossé de 600m couplé à une levée de terre.  

Sa conservation en fait l'un des plus beaux que compte la France. Il est classé monument historique depuis la fin du XIX° siècle.



                        

                                       Vue aérienne de l'oppidum de La Chaussée-Tirancourt



Ferrières 

Toponymie 
Par Tahar Ben Redjeb et Jérôme Guesquière


Nous avons ici un terme relativement fréquent composé du latin ferrum, «fer», et du suffixe féminin  aria.
La première interprétation qui nous vienne à l'esprit nous renvoie à la présence d'un lieu où l'on travaille le fer. Mais cette hypothèse n'est confortée ni par les sources historiques ni par la tradition locale.
Une seconde hypothèse plus probables s'appuie sur la variante Ferrevia citée en 1197, que l'on pourrait traduire par « chemin ferré » qui, au Moyen âge, désigne des chemins recouverts de scories de fer ou parfois même pavés.


Archéologie

Dès 1965 les recherches aériennes de R. Agache ont permis de découvrir deux sites gallo-romains. A partir de 1999, la commune a fait l'objet d'une reconnaissance systématique de son territoire réalisée dans le cadre du programme de prospections mené par le Centre interdisciplinaire de recherches archéologiques de la Somme. Il s'agissait de recueillir des éléments permettant de dater les sites repérés d'avion mais surtout de découvrir de nouvelles traces d'occupations anciennes.


Munis du plan parcellaire de la commune, J. Guesquière et H. Yzambourg ont parcouru chaque champ labouré recueillant chaque objet intéressant et notant chaque anomalie de terrain. Au laboratoire de la DRAC de Picardie, tout le matériel a été lavé, trié, analysé et daté. Les monnaies ont été étudiées par un numismate, la céramique classée par type et les objets métalliques restaurés et dessinés. Toutes ces informations ont été intégrées dans une banque de données qui constitue une source unique pour les chercheurs.


Les occupations préhistoriques Les plus anciens vestiges ont été découverts aux lieux-dits « le Quesne » et «les Quarante » : 27 objets du Néolithique . Ils ne sont certes pas bien importants: une dizaine de silex taillés, dont un racloir et une ébauche de hache polie au « Quesne », et une trentaine, dont une ébauche et deux haches polies aux « Quarante », à la limite de Ferrières et d'Ailly-sur-Somme.
Néanmoins, ils attestent une occupation du territoire dès le Néolithique.








Virginie et Alexandre vous souhaitent bienvenue !


Virginie est tombée sous le charme de la vallée de la Somme. Elle saura vous guider pour préparer votre séjour et passer un agréable moment chez nous !
Alexandre
aime pratiquer des activités de loisirs. Demandez-lui conseils sur les balades vélos, canoës, bateaux électriques...
 
 
La maison éclusière d'Ailly-sur-Somme : une halte touristique sur les bords de Somme 

 

Newsletter
Recevez notre lettre d'informations.
Je m'abonne
Je me désabonne
Office de Tourisme Nièvre et Somme

11, rue du Pont
80470 Ailly sur Somme
tél/fax : 03 22 51 46 85

                                                       

amiens-ouest-tourisme © tous droits réservés
Site réalisé avec PowerBoutique - solution pour créer site e-commerce