Les lieux de mémoire


Cimetières militaires de la Seconde Mondiale

 

Le cimetière national français de Condé-Folie

Quelques chiffres :
- Surface : 12 257 m²
- 3 312 tombes dont 2 434 corps en tombes et 878 corps en ossuaires.
- 829 stèles musulmanes

Le cimetière militaire allemand de Bourdon


Le cimetière militaire de Bourdon a été inauguré le 16 septembre 1967.
 22 213 soldats allemands reposent dans ce cimetière.

A l’intérieur de la construction circulaire se trouve la statue en marbre du Professeur Gerhard Marcks : « la dame blanche», qui symbolise la douleur de toutes les mères du monde pleurant leurs fils morts à la guerre.



 

Les monuments commémoratifs

 

Plaque commémorative de Saisseval

Monument aux morts Saisseval
Apposée sur un pilier d’une propriété privée face à l’Eglise. C’est là qu’était installé le Poste de Commandement du 60ème R.I. aux ordres du Colonel Deschard

Monument aux morts Ailly-sur-Somme 

      
Monument commémoratif Breilly



 

Les traces dans le paysage

Le château de Picquigny

Eclat d’obus sur l’aile en retour

5 juin 1940, entre 3h30 et 4h30, un violent tir d’artillerie s’abat sur Picquigny et des fantassins allemands passent sur la rive gauche de la Somme et attaquent. Les soldats se replient vers le château de Picquigny et s’enferment dans les caves qui servaient de caches d’armes.


La chaussée-Tirancourt

Au lieu dit « le champs à chardons », on trouve de nombreux vestiges de la station de lancement de V1 qui avait été construite par les Allemands, en 1944.

Les larris d’Hangest-sur-Somme

Le 6 juin 1940, la 7e Panzer Division de Rommel se retrouve sur la plaine d’Hangest et prend à revers les militaires français enterrés dans le grand talus. 
                                           
  
Le château d’eau de Fourdrinoy

Le 5 juin 1940, les Allemands, sur le château d’eau, tirent avec des armes automatiques et tuent des soldats.

A 17h30, la compagnie française investit le village et prend position au château d’eau, Observatoire et abri remarquable.

A 18h00, le feu s’ouvre sur les compagnies françaises. Un  char vise et perce le château d’eau dans sa partie haute.


Le plateau de Saisseval

Le 6 juin à 5h00 un déluge d’obus s’abat sur le village. Le village commence à brûler. Les soldats français doivent évacuer, il faut alors traverser le plateau entre Fourdrinoy et Saisseval 




La reconstruction

Les destructions immobilières de la Somme sont évaluées entre 7 et 9 milliards de francs en 1938. Entre 1947 et 1972, l’Etat central aura dépensé l’équivalent de 400 milliards de francs.

Après le Seconde Guerre Mondiale, les architectes submergés par les commandes utilisent de nouveaux matériaux en quantités massives comme le béton armé.

Désormais, on affiche la raideur des nouveaux matériaux de la reconstruction.

Souvent la rapidité de l’urgence, la pénurie des matériaux ont commandé un « style MRU » qui marque les villes réédifiées de 1948- 58 : des maçonneries de briques accompagnées d’ébrasements en béton préfabriqué, des corniches en débords, des toitures d’ardoises à double pente.

 



Virginie et Alexandre vous souhaitent bienvenue !


Virginie est tombée sous le charme de la vallée de la Somme. Elle saura vous guider pour préparer votre séjour et passer un agréable moment chez nous !
Alexandre
aime pratiquer des activités de loisirs. Demandez-lui conseils sur les balades vélos, canoës, bateaux électriques...
 
 
La maison éclusière d'Ailly-sur-Somme : une halte touristique sur les bords de Somme 

 

Newsletter
Recevez notre lettre d'informations.
Je m'abonne
Je me désabonne
Office de Tourisme Nièvre et Somme

11, rue du Pont
80470 Ailly sur Somme
tél/fax : 03 22 51 46 85

                                     

amiens-ouest-tourisme © tous droits réservés
Site réalisé avec PowerBoutique - solution pour créer site e-commerce